[DÉBAT] Doit-on utiliser le mot « influenceur » ?

Vous imaginez bien la scène, un enfant présente à ses parents la personne chère à son cœur. Et la question qui va arriver assez vite est « Quelle est la profession de cette personne ? »

Si cette personne est, ce que l’on appelle, un influenceur / une influenceuse : faut-il utiliser ce mot pour la présenter ?

En effet, le verbe « influencer » peut porter à confusion. On peut craindre qu’il s’agisse d’un métier où l’on manipule les gens. Et c’est un péché de manipuler les gens, de les tromper, de les embobiner etc…

Exemple : Olivier V. influenceur pour une grande marque pharmaceutique.

Heureusement, à y regarder de plus près, les activités des influenceurs, se rapprochent en fait, assez, de métiers plus traditionnels. Essayons d’en faire la liste en 4 sections.

Choix 1 : Conseiller / Vendeur

Au vu du « sponsoring » qui se développe de plus, il n’est pas insultant de concevoir les influenceur comme des conseillers/vendeurs.

Il faut bien être rationnel, chaque influenceur s’exprime dans un milieu et/ou sur des thèmes très spécifiques. Expression par le texte, la photographie, la vidéo etc… Mais s’exprimer sur des sujets, cela ne fait pas bouillir la marmite !

On est sur un métier de service. Purement intellectuel. Aucune production ni vente de produits alimentaires ou non-alimentaires. Donc à un moment, la rentabilité d’un tel métier EST problématique.

Le fait d’avoir des personnes « belles » pour vendre un produit est un facteur déterminant pour la réussite d’un produit. Les entreprises et les influenceurs le savent bien.

Choix 2 : Animateur / Communicant / Organisateur d’événements / Publicitaire

Que l’influenceur soit un entrepreneur, ou qu’il travaille pour un entrepreneur : il peut avoir envie de faire parler de lui et de ses produits. Dans ce cas on est complètement dans un métier autour de l’animation, de la communication, de l’événementiel et de la publicité.

La preuve en est, l’utilisation croissante de l’humour dans les vidéos nommées « reel » sur Instagram :

Choix 3 : Commentateur / Journaliste

Dans l’idée, tout le monde peut se déclarer « influenceur » si il est passionné par un sujet. Bon c’est sûr, c’est mieux d’avoir un diplôme (surtout en France, vu notre mentalité). Mais bon, si la personne produit du contenu de qualité et en quantité suffisante, la légitimité viendra d’elle-même. D’autant plus si le succès est là (attention, on parle d’un succès digital là. Une addiction très grave).

Choix 4 : Figure d’un milieu / Personnalité d’un milieu / Consultant

Quand j’étais petit, on entendait parfois dire « Y est une personnalité influente du milieu de … ». Il s’agit souvent de personnes qui ont une base de légitimité pour s’exprimer sur un sujet et qui ensuite « donnent leur avis » contre rémunération directe ou indirecte (les experts des plateaux TV rentrent aussi dans cette catégorie).

Bilan :

Quand on parle d’influenceur, on pense de suite à une personne qui ne travaille QUE sur les réseaux sociaux (en particulier Instagram, Twitter, Facebook, TikTok).

Or, c’est un métier bien plus vaste que cela.

La vraie question c’est la rentabilité, la pérennité et l’épanouissement qu’un tel métier peut apporter.

Le piège à éviter, c’est d’être un esclave des réseaux sociaux et de sa propre vanité.

Pour aller plus loin :

1_Excellent article sur les 7 péchés capitaux et les 7 réseaux sociaux : http://www.parasuniversal.com/2017/01/3-ways-facebook-like-drug-marghi-merzenich/

2_Cal Newport, le professeur d’université qui alerte des addictions envers les écrans : https://www.calnewport.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :